Les Oracles du Phono

Les Oracles du Phono (« quasi anagramme » de l’Orphéon Célesta) est la nouvelle sensation jazz band qui s’est donné pour vocation de percer les mystères de l’acétate. Prophètes itinérants, ils prêchent le retour du phonographe et de ce premier jazz, musique quasi centenaire qui continue de faire vibrer par son éternelle fraîcheur. Les subtils arrangements de Nicolas Fourgeux, Vincent Libera et Stan Laferrière redonnent toute leur candeur aux titres de Jelly Roll Morton, de Fletcher Henderson et autres monstres sacrés de la période pré-swing… Fidèle complice, Daniel Huck se pare de ses plus beaux attraits de maître de cérémonie, chante, scate et joue du sax avec toute la dévotion et le talent qui l’honorent (avis aux « fans», ils ne seront pas déçus !).

Augustin BONDOUX & Patrick FRÉMEAUX

Jacques SALLENT

La rencontre avec ce grand monsieur du Jazz est déterminante pour le groupe. Après de longues études de piano classique, c'est à 18 ans qu'il découvre le Jazz en faisant connaissance avec des groupes français de l'époque. Son premier instrument sera la clarinette avec pour idole le grand Sydney BECHET. Il crée son premier groupe, le OLD FEETWARMERS JAZZ BAND, puis, après avoir appris le trombone, joue avec le LAB’ORYS CREOLE JAZZ BAND. Vient ensuite le cornet avec lequel il intègre les RED HOT PEPERES, puis FOX TROC (aujourd'hui CAROLINE JAZZ BAND). Il est enfin l'un des membres fondateurs du TUXEDO BIG BAND, orchestre avec lequel il enregistre 8 disques. Digne héritier du grand Buck CLAYTON, tantôt cornettiste ou trompettiste, tromboniste ou clarinettiste, ce musicien d'exception par son style et son talent d'improvisateur a apporté au groupe une grande maturité dans le style New Orleans… Il a accompagné de nombreux musiciens tels Bob WILBUR, Guy LAFITTE, Daniel HUCK, … Il est originaire de Narbonne, où il continue à mener une activité musicale intense avec de nombreuses formations.

Benoît de FLAMESNIL

Après des études au conservatoire d’Amiens entre 1975 et 1989, Benoit de Flamesnil s’intéresse très tôt au jazz New Orleans et au Swing. C’est en 2001 qu’il décide de s’installer à Paris pour tenter de faire le métier de musicien de jazz. Il travaille très tôt avec Pascal Perrin (Paris Vocal Jazz) et Olivier Franc (Olivier Franc Quintet), puis Guillaume Nouaux et Jérôme Etcheberry.

Entre 2004 et 2007, Benoit de Flamesnil  intègre le « Sidney Bechet Memory » de Christian Azi et Poumy Arnaud, tous deux anciens musiciens de Sidney Bechet. Quelques enregistrements de cette formation sont réalisés entre 2002 et 2005. Pendant cette période et jusqu’à aujourd’hui, quelques collaborations ont lieu avec Pierre Calligaris, Stéphane Guérault, Marcel Bornstein, Patrick Richard, Gilbert Leroux, Christian Vaudrecrane, Philippe Audibert, Maxim Saury, … Il se produit beaucoup avec Olivier Franc Quintet, en France mais également sur des tournées au Danemark, en Allemagne ou encore sur des croisières à thèmes jazz.

Christophe DAVOT

(Maison Fondée en 1961)
Guitariste chanteur banjoïste arrangeur autodidacte aimant toutes les bonnes musiques dont le jazz vocal et le choro.
Nourri de musique par sa  mère (moniqueDavot) pianiste organiste et chef de choeur.
Christophe a  joué comme titulaire dans Tom Cat / Swing Brothers / Swing de Paris / Formule Quatre / Alain Bouchet Quartet / Darwin Nostradamus / Swing Feeling / Paris Swing Orchestra / Les Gigolos / Pink Turtle.
Free lancer dans les milieux du Jazz New-Orleans, du Jazz Swing , du Boogie Woogie , du Middle Jazz...
Actuellement dans le trio 3 For Swing de Jacques Schneck ( joue et chante Nat King Cole) dans Mem'Ory de Michel Bonnet ( Revival Kid Ory 1943) et dans le quartet Paris-Gadjos (Swing Gitan) qu'il a créé récemment aux côtés de Pierre-louis Cas clarinette, Michel Bonnet guitare et Laurent Vanhée contrebasse.

Nicolas MONTIER

Ici au Saxophone Basse, Nicolas est "LE" saxophoniste par excellence, plébiscité par de nombreux orchestres tant il fait l'unanimité de la scène française. Merveilleux soliste, Nicolas se produit au cours de concerts ou d’enregistrements avec des musiciens tels que Clark Terry, Benny Carter, Phil Woods, Johnny Griffin, Lavelle, Spike Robinson, Butch Miles, Duffy Jackson, Diane Schuur, Eddy Jones, Dee Dee Bridgewater, Lew Tabackin, Claude Tissendier, André Villeger, François Biensan, Irakli, Alain Jean-Marie, François Laudet, Marc Richard, Michel Pastre, Jean Pierre Morel, Pierre-Yves Sorin, Daniel Huck, Stan Laferrière, Guy Lafitte, Gérard Badini, Philippe Milanta...

Son amour des « big-bands » le fait participer à de grandes formations prestigieuses : Super Swing Machine de Gérard Badini, Saxomania, Stan Laferrière 10 tet, Paris Swing Orchestra, Michel Pastre big-band, St Louis big band, François Biensen 8tet et depuis dix ans François Laudet big-band.

Dans le même temps, il est le guitariste du 4tet de Stan Laferrière (Tribute to Nat King Cole) et le saxo baryton du Marc Richard 4tet. Enfin, il dirige un 5tet, un 4tet et un trio dont les CD sont diffusés régulièrement sur TSF et dont les concerts reçoivent un excellent accueil.

Il enregistre une quarantaine de CD dont cinq sous son nom :
1990 Trio Colas, 1991 Back to Live, 1991 Lullaby (commande du Japon), 1994 Pluie de Jazz, 2002 Nicolas Montier 5tet, 2004 “Interdit d’écouter” (Partenariat TSF / CD de la semaine Jazz à FIP / Monde de la Musique : 4 étoiles.)

Les festivals de Nice, Edimbourg, Maastricht, Bayonne, Toulouse, Riom, La Teste, Hinx, Marciac, Montauban, Sion & Ascona (Suisse), Breda (Hollande), Juan-les-Pins, Auckland etc. le sollicitent régulièrement.
L'Académie du Jazz lui a décerné le Prix Sydney Bechet en 1984 et 1985 et le Prix Mainstream en 1992. Il a aussi reçu le Django d'Or en 1996 pour sa participation à l'orchestre SAXOMANIA.

2015 JAZZ AU JARDIN JEUDI photos Jacques Revon00014_01Stan LAFERRIÈRE

Né le 7 Mai 1962 à Paris, Stan est très tôt en contact avec le monde musical ; son père est musicien, sa mère mélomane… C’est dés l’âge de 4 ans qu’il prend ses premiers cours de piano. A 7 ans, il entre au conservatoire, où il va poursuivre ses études classiques au CNR de Paris jusqu’à l’obtention de son prix en 1980 et de son baccalauréat musical la même année. Il prendra dans le même temps des cours particuliers avec le concertiste Pierre BAUBET-GONY, avec lequel il jouera le concerto pour 2 pianos de Vivaldi en audition à la salle Pleyel à l’age de 12 ans.
Parallèlement à ces études purement classiques, Stan étudie le piano jazz, et crée en 1982 un septet avec lequel il enregistre son premier album en tant que leader. A partir de cette période, Stan a l’occasion de jouer, d’enregistrer, ou d’écrire des orchestrations pour des musiciens d’univers très différents, tels que : Tonny SCOTT, Turk MAURO, Benny CARTER, Slim GAILLARD, Monty ALEXANDER, Sam WOODYARD, René URTREGER, Eric LELANN, Guy LAFITTE, Claude BOLLING, Phil WOODS, Lew TABACKIN, Clark TERRY, Johnny GRIFFIN, LA VELLE, Michel LEGRAND, Wynton MARSALIS, Marcel AZZOLA, Christian ESCOUDÉ, Babik REINHARDT, Emanuel BEX, Aldo ROMANO, etc…
Il crée en 1992 son TENTET, avec lequel il enregistre 4 CD’s et se produit sur les plus prestigieuses scènes Françaises et internationales (Nice, Vienne, Beirut, etc.) Il dirige depuis Octobre 2005 le grand orchestre de jazz de la musique de l’air à Paris. Il a participé à plus de 100 disques ou Cd’s, et a été récompensé à 7 reprises par l’académie du jazz, et une fois par les Djangos D’or. Devenu une référence en matière de master class pour big band, il collabore régulièrement avec les conservatoires et écoles de musique au travers d’ateliers et de conférences sur l’histoire du jazz.

2015 JAZZ AU JARDIN JEUDI photos Jacques Revon00008_01Daniel HUCK

C’est en 1967 que Daniel HUCK aborde le saxophone alto en amateur autodidacte dans le but de rejoindre son orchestre parisien préféré, les JAZZ O'MANIACS. À part quelques incursions dans le monde du Rhythm' and Blues ou du Free Jazz, sa carrière amateur se déroule des «FAMOUS MELODY BOYS» (1968) à «SHARKEY AND Co» (1969) auquel il restera fidèle jusqu'en 1974, avec un bref passage chez les «JAZZ O'MA NIACS» (1970-71). Dès 1968 il utilise à parité avec l'alto le sax ténor et la clarinette exclusivement en section. Professionnellement, il côtoie Gilbert LEROUX (1974), enregistre avec Danny DORIZ (1974), il joue avec Raymond FONSEQUE (1975-79), avec lequel il accompagne en tournée Cat ANDERSON; il joue à la même période avec Olivier FRANC (1975-78). Sa participation au disque de l’«ANACHRONIC JAZZ BAND » (1976) puis sa collaboration directe avec l'orchestre (1977-79) vont lui permettre de se familiariser avec le répertoire du Jazz moderne qu'il aborde franchement avec le «HAPPY FEET QUINTET» (1980-82) dirigé par Philippe BAUDOIN. En 1981, il fonde «SLAPSCAT» un quartet (puis un quintet, voire septet) qui interprète des adaptations vocales en français, nettement inspiré de Slim GAILLARD que le groupe accompagne au Méridien de Paris et en concerts (tournée au Japon). Simultanément il rejoint «L'ORPHEON CELESTA», petite formation vieux style mise sur pied par Emmanuel HUSSENOT. A partir de 1987, il dirige un quartet, participe comme invité aux activités du groupe «T-S-F», et à la fanfare d'Eddy LOUISS. En 1988, il se produit en duo avec Eddy LOUISS qui l’intègre dans son orchestre régulier en 1989, pour une collaboration qui durera jusqu'en 2000 (4 disques). Depuis 1992 il joue dans le spectacle de Pierre-Yves SORIN «PARFUM DE CONTREBASSE».
Il est invité par une multitude de formations de tous styles et sa discographie s'étale sur plus de cent albums. Depuis 1986 il est membre des «PRIMITIFS DU FUTUR», une nébuleuse musicale et amicale organisée par Dominique CRAVIC autour du grand dessinateur Robert CRUMB, qui joue du banjo, et illustre les trois disques déjà parus. En 1996, il participe à fa résurrection de Jean-Pierre MOREL, ancien directeur de « SHARKEY AND CO), et à la constitution du«PETIT JAZZ BAND DE Mr MOREL» (2 disques). Depuis 2007, il fait partie de l’équipe constituée par Raphaël LEMONNIER pour accompagner la chanteuse China MOSES (la fille de Dee Dee BRIDGEWATER) et enregistre 2 disques avec eux. Et depuis 2013, il est un des principaux acteurs de la renaissance de l’ « ANACHRONIC JAZZ BAND » avec Philippe BAUDOIN, André VILLÉGER, Marc RICHARD, Patrick ARTÉRO, Jean-François BONNEL, pour ne citer qu’eux.
Pouvant évoquer aussi bien le « SLAP » primitif de Stump EVANS que les délires d'ALBERT AYLER, il est attiré par les racines du Jazz: Blues et Spiritual, et par l'expressionnisme noir dans son ensemble. Ses maîtres avoués sont Coleman HAWKINS et Charlie PARKER, mais l'influence de Louis ARMSTRONG et de Benny CARTER est indéniable. Apprécié pour ses qualités de catalyseur et de showman, il se montre aussi l'un des plus swingants vocalistes, risque-tout du Scat, revisitant son idole Cab CALLOWAY et capable d'improviser sur Je champ des paroles drolatiques en français. Il est, de plus, l’un des quelques Jazzmen experts en histoire du Jazz.
Prix Sidney BECHET de l'Académie du Jazz 1982
Prix Django REINHARDT de l’Académie du Jazz 1997